Le marché à la viande

Aller en bas

Le marché à la viande Empty Le marché à la viande

Message  Poussine le Lun 27 Juin - 12:48

Le chien, sans doute sevré à deux mois au lieu d'attendre que ce soit la mère qui décide que son rejeton est sevré (en général pas avant trois mois, c'est à cet âge que les enzymes intestinaux sont à peu près capable de digérer la bouffe industrielle qu'ils ingurgiteront à vie (le chien étant un animal croquettivore comme nous savons, pas carnivore) et que le psychisme est prêt à supporter la séparation d'avec la mère), ce chien donc s'est retrouvé largué dans une animalerie, moyennant finances pour l'éleveur, et moyennant un gros espoir de bénéfice en espèces sonnantes et trébuchantes aussi pour l'animalerie.
Passera bien un péquenot qui sur un coup de tête (pas "de foudre", faut pas déconner non plus), sera prêt à mettre la main au porte feuille et embarquer le bébé "pour mieux te larguer plus tard, mon enfant".

Pendant ce temps là, dans les dizaines de refuges de France et de Navarre, des euthanasies en masse se produiront, à de rares exceptions près, certaines associations n'euthanasiant pas les réfugiés de la connerie humaine en leur locaux.

Si euthanasie il y a, ce sera "à sec", l'animal chopé sans précaution, une aiguille perforant le coeur à vif pour une injection de Doléthal, jolie contaction de dodo et léthal=mortel. A moins qu'on n'utilise un curarisant, dont je m'abstiens d'écrire le nom (lettre et chiffres) rendant la mort encore plus apocalyptique, puisqu'il s'agira alors de mourrir lentement, par paralysie de tous les muscles, notamment ceux de la respiration,donc l'animal étouffera lentement jusqu'à ce que mort s'en suive.

Mais c'est pas grave, vaut mieux acheter, les animaux des refuges c'est pas des "races", ils sont âgés donc pas adaptables, on peut pas les façonner à notre idée.

Lourde erreur: les animaux adoptés en refuge sont infiniment reconnaissants du fait d'avoir été sortis de ces camps de concentration qui ne disent pas leur nom. Et je précise que je salue les travailleurs des refuges, héros anonymes mais dévoués autant qu'il peuvent le faire auprès des animaux.
L'animal de refuge n'aura qu'une enve, se faire aimer de son maître, réaliser ses souhaits si tant est que l'adoptant parvienne à lui faire clairement comprendre en langage adapté et avec patience ce qu'il attend de lui.

Mais tout comme les bambins d'aujourd'hui, à peine dégrossis pour beaucoup par l'éducation de leurs bipèdes de parents, l'humain aime les marques, que ce soit pour sa purée, pour ses godasses ou son maquillage. Le clébart estampillé "race truc" c'est un "must", ça en jette, et c'est aussi un signe extérieur de richesse*, on a pu s'offrir le clebs vendu les yeux de la tête, le vendeur jurant ses grands dieux bien sûr, que le prix de la vente couvre à peine ses frais... (c'est fou le nombre de masos dans ce pays, ils reproduisent tous à perte, doudou dis donc!).

*on en reparlera au chapitre "My véto is rich"...
Poussine
Poussine
Admin

Messages : 14
Date d'inscription : 27/06/2011
Age : 55
Localisation : Lyon

Voir le profil de l'utilisateur http://teddy-bulldoganglais.kanak.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum